Call for Submissions Issue #5: The Cost of Freedom

La version française suit ci-dessous

Submit your ideas!

The Economy

According to the internet an economy “is an area of the production, distribution and trade, as well as consumption of goods and services by different agents”. In general, it is defined as “a social domain that emphasizes the practices, discourses, and material expressions associated with the production, use, and management of resources”. At a glance, the ways in which goods and resources are produced, moved and then consumed may not be a common priority area for feminist activists – but on closer inspection, the values and rules of a consumer and capitalist culture are, or should be, very close to the heart of any decolonial politic because as we are all aware, money makes the world go round.

The intersection between neoliberal capitalism and the contemporary incarnations of patriarchy, capitalism, white supremacy and colonialism and its resulting logic of free markets, growth and profit above people and the planet has been the key driver of the current global crises

– A Feminist Agenda for People and Planet

Time and time again, we have borne witness to and experienced the [miniscule] value ascribed to human life against greed – the exorbitant accumulation of resources for the few at the cost of dignity, safety and livelihood of both people and planet. A phenomena that is not only admired but encouraged through continuous stringent world trade policies that benefit the already wealthy. 

According to the publication ‘A feminist Agenda for People and Planet: Principles and recommendations for a global feminist economic justice agenda’, throughout the pandemic, the combined wealth of the world’s 10 richest peoples, the majority of whom are white men, rose by 5 trillion USD – enough to prevent everyone on the planet from falling into poverty because of COVID 19 and to pay for COVID 19 vaccination for all.

Making the invisible visible 

This month, August 2021, South Africa commemorated the 9th anniversary of the Marikana Massacre – when South African Police Services opened fire on striking mine workers on Lonmin mine in the town of Marikana, killing 34 mine workers. The Marikana Massacre highlighted the ongoing class and labour struggles of workers against the violence of capitalist machinery. Dr Asanda Benya, however, in her article ‘The Invisible Hands: Women in Marikana’ makes the case for a more nuanced understanding of the Marikana massacre. Much like feminist economists, Dr Benya makes the case for the importance of the inclusion of the care work and narratives of women.

When we view Marikana from the household or community level, we see how mine labour itself is reproduced, and thus are able to analyse the symbiotic relationship between the productive and reproductive spheres – a critical fault-line in the present crisis

– Dr Asanda Benya

Making links 

If economics is considered to be the study of how people interact with and value the production, distribution and consumption of goods and services – traditional economic theories focus solely on the forward facing, visible aspects of these activities that contribute to Gross Domestic Product [GDP] of a country. Feminist economics works to bring to the fore, or to visibilize, the more hidden aspects of what makes it possible for ‘work to happen’ – this includes both the care and reproductive work that women do that feminist economics tells us actually enables the ‘work’ of the production, distribution and consumption of good and services. Visibilising care and reproductive labour, as well as other hidden drivers of capitalist societies, as integral parts of upholding economies and GDP enables us to make even less visible links more visible, for example:

  • We might begin to see the pro-life stance of many governments and insitutions not as a moral one, but as a financial one, one that we can read through theories of reproductive labour and social reproduction that draw distinct lines between reproduction (through carrying pregnancies to full term) and the labour force as well as between reproduction and the replication of capitalist and heteropatriarchal values taught and reproduced in the ‘home’.  
  • We can begin to see extrajudicial killings in Kenya, the United States and many other parts of the world as a direct criminalisation of poverty and how the state uses violence and force to maintain and uphold capitalist values.  

Furthermore, the current COVID 19 pandemic has increasingly moved major aspects of both our private and activist lives online. Beyond the private labour that is undertaken mostly by women, how can we reflect on the impacts of capitalism and the neoliberal market economy on the spaces where we live, love, agitate and demand? Spaces that are at the intersection of public and private life? How do we interrogate the increasing power of multinational corporations such as Google and Facebook in spaces that allow us to enact our humanity in times of lockdowns and social distancing: connect with each other, dream and disagree with one another, find love and network; while at the same time, contend with the possibilities of surveillance and data mining?

We invite you to explore with us the cost of freedom in the personal and the political for our next issue. 

Here are a few examples of themes you could explore in your submission. 

Please note that these are simply ideas – and don’t have to feature in your submission if you would like to go in a different direction: 

  • To register or not to register: the politics of money and surveillance for feminist/queer groups 
  • The politics of money: Funding for feminist/queer/womens groups 
  • Economic Justice: smashing the capitalist table or pulling up a seat 
  • Economic justice: individual resource redistribution or collective/community economic models? 
  • Less is more: Degrowth and ecosocialism 
  • Reproductive labour and care work
  • Imagining Feminist economic alternatives
  • Women’s rights, the environment and critique of neoliberalisms
  • Resource extraction & power
  • Technology as space for activism vs Technocapitalism

CAL started exploring the politics of money in preparation for our work in economic justice, you can read our first article on the politics of money here

To submit your ideas send us a short abstract telling us the following: 

  • Country of residence 
  • Type of submission (eg. art piece, podcast, personal essay, opinion piece etc.)
  • A description of the theme and the angle of your submission
  • How or what you think your submission contributes to feminist theorising on money, capitalism and economics

Content in French, Portuguese, English and Arabic welcome.

Send us your ideas no later than 30 September 2021 to editors.ralf@cal.org.za.

If you have any queries or questions please email us.

What is CAL?

The Coalition of African Lesbians is a feminist, activist and pan Africanist network of 14 organisations in 10 countries in sub-Saharan Africa committed to advancing freedom, justice and bodily autonomy for all women on the African continent and beyond.

The Coalition of African Lesbians builds with others a feminist future where social justice prevails and where we as Africans live in dignity and freedom and work in solidarity with our friends all over the world to create transformatory change.

What is Standpoint Magazine?

The African Feminist Standpoint (AFS) is a curated digital space for Radical African Lesbian Feminist (RALF) thought, words and artistic expression and is a product of the Coalition of African Lesbians (CAL).

The AFS space aims to be a hub of information and expression by and for African Feminist thoughts and ideas. It features written, audio and visual expressions of what Radical African feminism is, in the voice of African feminists and the diversity of African feminisms.

How can you contribute?

If you have material that contributes to discourse, analysis and general knowledge production in the areas of feminism, sexual rights, women’s rights and gender we would love to feature you on African Feminist Standpoint

Short stories, personal accounts, poetry, analysis pieces, promotion of research produced by CAL or its partners, or in line with the themes of the magazine, interviews, videos, visual art and podcasts are all welcome. 

African Feminist Standpoint is a space for experimentation and learning and the media team at CAL is happy to work with contributors one on one to develop content. 

We have a wealth of knowledge that we must make public to claim our space about our existence, our sexualities, our genders, our livelihoods and our being

– Fikile Vilakazi

Numéro 5 Le coût de la liberté
Soumettez vos idées !

L’économie

Selon l’Internet, une économie “est un domaine de production, de distribution et de commerce, ainsi que de consommation de biens et de services par différents agents. En général, elle est définie comme ‘un domaine social qui met l’accent sur les pratiques, les discours et les expressions matérielles associés à la production, à l’utilisation et à la gestion des ressources’ ”. À première vue, la manière dont les biens et les ressources sont produits, transportés puis consommés n’est peut-être pas un domaine prioritaire pour les activistes féministes – mais en y regardant de plus près, les valeurs et les règles d’une culture de consommation et capitaliste sont, ou devraient être, très proches du cœur de toute politique décoloniale car, comme nous le savons tous, l’argent fait tourner le monde.

“L’intersection entre le capitalisme néolibéral et les incarnations contemporaines du patriarcat, du capitalisme, de la suprématie blanche et du colonialisme, et la logique qui en découle, à savoir le libre marché, la croissance et le profit au détriment des personnes et de la planète, a été le principal moteur des crises mondiales actuelles.” – A Feminist Agenda for People and Planet

À maintes reprises, nous avons été témoins et avons fait l’expérience de la valeur [minuscule] attribuée à la vie humaine face à la cupidité – l’accumulation exorbitante de ressources pour une minorité au détriment de la dignité, de la sécurité et des moyens de subsistance des personnes et de la planète. Un phénomène qui est non seulement admiré mais encouragé par des politiques commerciales mondiales rigoureuses et continues qui profitent aux personnes déjà riches.

Selon la publication “A feminist Agenda for People and Planet : Principles and recommendations for a global feminist economic justice agenda“, pendant toute la durée de la pandémie, la richesse combinée des 10 personnes les plus riches du monde, dont la majorité sont des hommes blancs, a augmenté de 5 trillions de dollars US – suffisamment pour empêcher que tous les habitants de la planète ne tombent dans la pauvreté à cause du COVID 19 et pour payer la vaccination contre le COVID 19 pour tous.

Rendre visible l’invisible

Ce mois-ci, en août 2021, l’Afrique du Sud commémore le 9e anniversaire du massacre de Marikana – lorsque les services de police sud-africains ont ouvert le feu sur des mineurs de la mine Lonmin en grève dans la ville de Marikana, tuant 34 mineurs. Le massacre de Marikana a mis en lumière les luttes de classe et de travail des travailleurs contre la violence de la machinerie capitaliste. Cependant, le Dr Asanda Benya, dans son article “The Invisible Hands : Women in Marikana“, plaide pour une compréhension plus nuancée du massacre de Marikana. À l’instar des économistes féministes, le Dr Benya défend l’importance de l’inclusion du travail de soin et des récits des femmes.

“Lorsque nous considérons Marikana au niveau du ménage ou de la communauté, nous voyons comment le travail minier lui-même est reproduit, et nous sommes donc en mesure d’analyser la relation symbiotique entre les sphères productive et reproductive – une ligne de faille critique dans la crise actuelle”.

Créer des liens

Si l’économie est considérée comme l’étude de la manière dont les gens interagissent avec la production, la distribution et la consommation de biens et de services et leur accordent de la valeur, les théories économiques traditionnelles se concentrent uniquement sur les aspects visibles de ces activités qui contribuent au produit intérieur brut (PIB) d’un pays. L’économie féministe s’efforce de mettre de l’avant, ou de rendre visibles, les aspects plus cachés de ce qui permet au “travail de se produire” – cela inclut les soins et le travail reproductif des femmes qui, selon l’économie féministe, permettent en fait le “travail” de production, de distribution et de consommation de biens et de services. Visibiliser les soins et le travail reproductif, ainsi que d’autres moteurs cachés des sociétés capitalistes, comme faisant partie intégrante du maintien des économies et du PIB, nous permet de rendre plus visibles des liens moins visibles, par exemple :

– Nous pourrions commencer à voir la position pro-vie de nombreux gouvernements et institutions non pas comme une position morale, mais comme une position financière, que nous pouvons lire à travers les théories du travail reproductif et de la reproduction sociale qui tracent des lignes distinctes entre la reproduction (en menant les grossesses à terme) et la force de travail, ainsi qu’entre la reproduction et la réplication des valeurs capitalistes et hétéropatriarcales enseignées et reproduites dans le “foyer”.   

– Nous pouvons commencer à voir les exécutions extrajudiciaires au Kenya, aux États-Unis et dans de nombreuses autres régions du monde comme une criminalisation directe de la pauvreté et de la manière dont l’État utilise la violence et la force pour maintenir et défendre les valeurs capitalistes.  

De plus, la pandémie actuelle de COVID 19 a de plus en plus déplacé en ligne des aspects majeurs de nos vies privées et activistes. Au-delà du travail privé qui est effectué principalement par les femmes, comment pouvons-nous réfléchir aux impacts du capitalisme et de l’économie de marché néolibérale sur les espaces où nous vivons, aimons, agitons et revendiquons? Des espaces qui sont à l’intersection de la vie publique et privée? Comment interroger le pouvoir croissant des multinationales telles que Google et Facebook dans des espaces qui nous permettent d’incarner notre humanité en période de confinement et de distanciation sociale : se connecter les unes aux autres, rêver et être en désaccord les unes avec les autres, trouver l’amour et créer des réseaux; tout en faisant face aux possibilités de surveillance et d’extraction de données?

Nous vous invitons à explorer avec nous le coût de la liberté sur le plan personnel et politique pour notre prochain numéro.

Voici quelques exemples de thèmes que vous pourriez explorer dans votre proposition.

Veuillez noter qu’il ne s’agit que d’idées – et qu’elles ne doivent pas nécessairement figurer dans votre proposition si vous souhaitez aller dans une autre direction :

  • S’inscrire ou ne pas s’inscrire : la politique de l’argent et de la surveillance pour les groupes féministes/queer.
  • La politique de l’argent : Financement des groupes féministes/queer/femmes
  • Justice économique : casser la table capitaliste ou s’y asseoir.
  • Justice économique : redistribution des ressources individuelles ou modèles économiques collectifs/communautaires ?
  • Moins, c’est plus : Décroissance et écosocialisme
  • Travail reproductif et travail de soin
  • Imaginer des alternatives économiques féministes
  • Droits des femmes, environnement et critique des néolibéralismes
  • Extraction des ressources et pouvoir
  • Technologie comme espace d’activisme vs Technocapitalisme

CAL a commencé à explorer la politique de l’argent en préparation de notre travail sur la justice économique. Vous pouvez lire notre premier article sur la politique de l’argent ici.

Pour soumettre vos idées envoyez-nous un court résumé mentionnant les éléments suivants:

  • Pays de résidence
  • Type de soumission (par example: art, balado-diffusion (podcast), essai personnel, article d’opinion, etc.)
  • Une description du thème et de l’angle de votre soumission
  • Comment pensez-vous que votre soumission contribue à théorisation ou la pratique féministe du mieux-être et du bien-être

Les contenus en français, portugais, anglais et arabe sont les bienvenus. 

Envoyez-nous vos idées au plus tard le 30 septembre 2021 à editors.ralf@cal.org.za.

Si vous avez besoin d’information supplémentaire ou avez des questions envoyez-nous un courriel. 

Qui est CAL?

La Coalition Africaine des Lesbiennes est un réseau féministe, activiste et pan-africaniste de 14 organisation dans 10 pays de l’Afrique sub-saharienne qui se consacre à faire avancer la liberté, la justice et l’autonomie corporelle pour toutes les femmes du continent africain et au-delà.

La  Coalition Africaine des Lesbiennes construit avec d’autre un futur féministe où la justice sociale prévaut et où en tant qu’africaines nous vivons dans la dignité et la liberté et travaillons en solidarité avec nos amis à travers le monde afin de créer un changement transformateur. 

Qu’est-ce que Standpoint Magazine?

L’African Feminist Standpoint(AFS) est un espace numérique faisant la promotion de la pensée, les mots et l’expression artistique Radicaux, Africains, Lesbiens, Féministes (RALF) et est une production de la Coalition Africaine des Lesbiennes (CAL). 

L’espace de l’AFS a pour objectif d’être un centre d’information et d’expression par et pour les pensées et idées africaines et féministes. Il présente des expressions écrites, audios et visuelles de ce qu’est le féminisme radical africain, dans la voix et la diversité des féministes africaines.

Comment pouvez-vous contribuer? 

Si vous avez du matériel qui contribue au discours, à l’analyse et à la production de connaissances générales dans les domaines du féminisme, des droits sexuels, des droits de la femme et du genre, nous aimerions vous publier sur African Feminist Standpoint.

Histoires courtes, récits personnels, poèmes, analyses, promotion de la recherche produite par CAL ou ses partenaires, ou en lien avec les thèmes du magazine, interviews, vidéos, arts visuels et podcasts sont les bienvenus.

African Feminist Standpoint est un espace d’expérimentation et d’apprentissage, et l’équipe médias de CAL est heureuse de travailler avec les contributrices individuellement pour développer du contenu.

“Nous avons une richesse de connaissances que nous devons rendre public pour revendiquer notre espace sur notre existence, nos sexualités, nos genres, nos moyens de subsistance et nos êtres” – Fikile Vilakazi

Close
Follow

FOLLOW BLOG VIA EMAIL

en_USEnglish
%d bloggers like this: